Comprimé pelliculé sécable

INOVELON 400 mg

Remboursement sur ordonnance : 65%

Catégorie :Neurologie-psychiatrie

Principes actifs :Rufinamide

Excipients : Noyau :, Lactose, Cellulose microcristalline, Amidon de maïs, Croscarmellose sodique, Hypromellose, Magnésium stéarate, Sodium laurylsulfate, Silice, Pelliculage :, Hypromellose, Macrogol 8000, Titane dioxyde, Talc, Fer oxyde

Notice

Indications thérapeutiques

Ce médicament est indiqué pour : Syndrome de Lennox-Gastaut

Posologie

Adulte - Enfant de plus de 4 ans de 30 à 50 Kg . Traitement sans valproate associé : Entretien. Syndrome de Lennox-Gastaut

900 mg matin et soir au cours des repas avec de l'eau. Maximum 1800 mg par jour. ou 2 comprimés matin et soir au cours des repas avec de l'eau. Maximum 4½ comprimés par jour.

Adulte - Enfant de plus de 4 ans de 30 à 50 Kg . Traitement avec le valproate : Entretien. Syndrome de Lennox-Gastaut

600 mg matin et soir au cours des repas avec de l'eau. Maximum 1200 mg par jour. ou 1½ comprimés matin et soir au cours des repas avec de l'eau. Maximum 3 comprimés par jour.

Adulte - Enfant de plus de 4 ans de 50 à 70 Kg . Traitement sans valproate associé : Entretien. Syndrome de Lennox-Gastaut

1200 mg matin et soir au cours des repas avec de l'eau. Maximum 2400 mg par jour. ou 3 comprimés matin et soir au cours des repas avec de l'eau. Maximum 6 comprimés par jour.

Adulte - Enfant de plus de 4 ans de 50 à 70 Kg . Traitement avec le valproate : Entretien. Syndrome de Lennox-Gastaut

800 mg matin et soir au cours des repas avec de l'eau. Maximum 1600 mg par jour. ou 2 comprimés matin et soir au cours des repas avec de l'eau. Maximum 4 comprimés par jour.

Adulte - Enfant de plus de 4 ans de plus de 70 Kg . Traitement sans valproate associé : Entretien. Syndrome de Lennox-Gastaut

1600 mg matin et soir au cours des repas avec de l'eau. Maximum 3200 mg par jour. ou 4 comprimés matin et soir au cours des repas avec de l'eau. Maximum 8 comprimés par jour.

Adulte - Enfant de plus de 4 ans de plus de 70 Kg . Traitement avec le valproate : Entretien. Syndrome de Lennox-Gastaut

1100 mg matin et soir au cours des repas avec de l'eau. Maximum 2200 mg par jour. ou 2½ comprimés matin et soir au cours des repas avec de l'eau. Maximum 5½ comprimés par jour.

Administration

Voie orale.

Informations importantes

Contre-indication

Contre-indiqué dans les cas suivants: Intolérance au lactose, Insuffisance hépatique sévère, Allaitement, Grossesse, Absence de contraception féminine efficace

Effets indésirables


Synthèse du profil de tolérance

Pendant le programme de développement clinique, plus de 1 900 patients présentant différents types d'épilepsie ont été exposés au rufinamide. Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés ont été céphalées, vertiges, fatigue et somnolence. Chez les patients atteints du syndrome de

Lennox-Gastaut, les effets indésirables les plus fréquents, observés à une incidence plus élevée que sous placebo, ont été somnolence et vomissements. Les effets indésirables ont été généralement d'intensité légère à modérée. Chez les patients présentant un syndrome de Lennox-Gastaut, les taux d'arrêt du traitement dus à des effets indésirables ont été de 8,2 % chez les patients recevant le rufinamide et de 0 % chez les patients recevant le placebo. Les effets indésirables les plus fréquents ayant entraîné l'arrêt du traitement dans le groupe traité par le rufinamide ont été des éruptions cutanées et des vomissements.


Tableau des effets indésirables

Les effets indésirables rapportés à une incidence plus élevée qu'avec le placebo dans les études en double aveugle dans le syndrome de Lennox-Gastaut ou dans la population globale exposée au rufinamide sont présentés dans le tableau ci-dessous par terme préférentiel MedDRA, classe de systèmes d'organes et fréquence.


Les fréquences sont définies ainsi : très fréquent (≥ 1/10), fréquent (≥ 1/100, < 1/10), peu fréquent (≥ 1/1 000, < 1/100), rare (≥ 1/10 000, < 1/1 000).


Classe de système organe


Très fréquent


Fréquent


Peu fréquent


Rare

Infections et infestations


Pneumonie Grippe Rhinopharyngite

Infection auriculaire Sinusite

Rhinite



Affections du système

immunitaire




Hypersensibilité*


Troubles du

métabolisme et de la nutrition


Anorexie

Troubles de l'alimentation Diminution de l'appétit



Affections psychiatriques


Anxiété Insomnie



Affections du système nerveux

Somnolence* Céphalées Vertiges*

État de mal épileptique* Convulsions

Troubles de la coordination* Nystagmus

Hyperactivité psychomotrice Tremblement



Classe de système organe


Très fréquent


Fréquent


Peu fréquent


Rare

Affections oculaires


Diplopie Vision trouble



Affections de l'oreille et du

labyrinthe


Vertige



Affections respiratoires, thoraciques et

médiastinales


Épistaxis



Affections gastro- intestinales

Nausées Vomissements

Douleurs abdominales hautes


Constipation Dyspepsie Diarrhée




Affections

hépatobiliaires



Élévation des

enzymes hépatiques


Affections de la peau et du tissu sous-cutané


Éruption cutanée*



Acné


Affections musculo- squelettiques et systémiques et

infections osseuses :


Mal de dos



Affections des organes de reproduction et du

sein


Oligoménorrhée



Troubles généraux

et anomalies au site d'administration

Fatigue

Trouble de la marche*



Investigations


Perte de poids



Lésions, intoxications et complications liées

aux procédures


Traumatisme crânien



Contusion

* Se référer à la rubrique Mises en garde et précautions d'emploi.

Informations supplémentaires concernant les populations particulières Population pédiatrique (de 1 an à moins de 4 ans)

Une étude multicentrique en ouvert a été menée afin de comparer l'ajout du rufinamide à un autre médicament antiépileptique (MAE) choisi par l'investigateur au traitement actuel par 1 à 3 MAE chez des enfants âgés de 1 an à moins de 4 ans présentant un syndrome de Lennox-Gastaut mal contrôlé.

25 patients, dont 10 étaient âgés de 1 à 2 ans, ont été exposés au rufinamide en traitement adjuvant pendant 24 semaines à une dose allant jusqu'à 45 mg/kg par jour en deux doses fractionnées. Les événements indésirables apparus sous traitement (EIAT) les plus fréquemment rapportés dans le groupe de traitement par le rufinamide (survenus chez ≥ 10 % des patients) étaient : infection des voies respiratoires supérieures et vomissements (28,0 % chacun), pneumonie et somnolence (20,0 % chacun), sinusite, otite moyenne, diarrhée, toux et pyrexie (16,0 % chacun) et bronchite, constipation, congestion nasale, éruption cutanée, irritabilité et diminution de l'appétit (12,0 % chacun). La fréquence, la nature et la sévérité de ces effets indésirables étaient comparables à celles observées chez

les enfants âgés de 4 ans et plus, les adolescents et les adultes. La caractérisation de l'âge chez les patients de moins de 4 ans n'a pas été identifiée dans la base de données de sécurité limitées en raison du faible nombre de patients dans l'étude.


Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration - voir Annexe V.


Mise en garde


État de mal épileptique

Lors des études de développement clinique, il a été observé des cas d'état de mal épileptique lors du traitement par le rufinamide, alors qu'aucun cas n'a été observé avec le placebo. Ces événements ont conduit à l'arrêt du rufinamide dans 20 % des cas. Le rapport bénéfice/risque doit être réévalué si de

nouveaux types de crises d'épilepsie apparaissent et (ou) si la fréquence de l'état de mal épileptique augmente par rapport à l'état initial du patient.


Sevrage du rufinamide

Le rufinamide doit être arrêté progressivement afin de réduire le risque possible de crises d'épilepsie à l'arrêt. Dans les études cliniques, le traitement était arrêté en réduisant la dose d'environ 25 % tous les deux jours. Les données sur l'arrêt des traitements antiépileptiques associés, une fois l'épilepsie contrôlée par l'ajout du rufinamide, sont insuffisantes.


Effets sur le système nerveux central

Le traitement par le rufinamide a été associé à des vertiges, une somnolence, une ataxie et des troubles de la marche, qui pourraient augmenter la survenue de chutes accidentelles dans cette population (voir rubrique Effets indésirables). Les patients et les aidants doivent exercer leur vigilance jusqu'à ce qu'ils soient familiarisés avec les effets possibles de ce médicament.


Réactions d'hypersensibilité

Des cas de syndrome grave d'hypersensibilité aux médicaments antiépileptiques incluant des syndromes DRESS (éruption cutanée avec éosinophilie et symptômes systémiques) et de Stevens- Johnson (SJS) sont survenus en association avec le traitement par rufinamide. Les signes et symptômes étaient variés ; cependant les patients présentaient généralement, mais pas exclusivement, de la fièvre et une éruption cutanée associés à une atteinte d'autres organes / systèmes. Parmi les autres manifestations on peut citer une lymphadénopathie, des anomalies des épreuves fonctionnelles hépatiques et une hématurie. Les manifestions du trouble étant variables, d'autres signes et symptômes d'organes / systèmes non observés jusqu'ici peuvent apparaître. Le syndrome d'hypersensibilité aux médicaments antiépileptiques s'est produit peu de temps après l'instauration du traitement par le rufinamide et dans la population pédiatrique. En cas de suspicion de cette réaction, il convient d'arrêter le rufinamide et d'instaurer un autre traitement. Tous les patients développant une éruption cutanée sous rufinamide doivent être étroitement surveillés.


Raccourcissement de l'intervalle QT

Dans le cadre d'une étude approfondie portant sur l'intervalle QT, le rufinamide a entraîné un raccourcissement de l'intervalle QTc, proportionnel à sa concentration. Bien que le mécanisme sous- jacent et la pertinence de ce résultat en terme d'innocuité ne soient pas connus, les cliniciens doivent utiliser leur jugement clinique avant de prescrire du rufinamide à des patients exposés à un risque accru de raccourcissement de l'intervalle QTc (par exemple, dans le cas d'un syndrome congénital du QT court ou chez les patients ayant des antécédents familiaux de ce syndrome).


Femmes en âge de procréer

Les femmes en âge de procréer doivent utiliser une contraception efficace pendant le traitement par Inovelon. Les médecins doivent tenter de s'assurer de l'utilisation d'un moyen de contraception approprié et doivent exercer leur jugement clinique pour évaluer si les contraceptifs oraux, ou les doses des composants du contraceptif oral, sont adaptés à l'état clinique particulier de la patiente (voir rubriques Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions et Grossesse et allaitement).


Lactose

Inovelon contient du lactose. Ce médicament est contre-indiqué chez les patients présentant une intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou un syndrome de malabsorption du glucose et du galactose (maladies héréditaires rares).


Idées suicidaires

Des idées et un comportement suicidaires ont été rapportés chez des patients traités par des antiépileptiques dans plusieurs indications. Une méta-analyse d'études randomisées et contrôlées contre placebo de médicaments antiépileptiques a également montré une légère augmentation du risque d'idées et de comportements suicidaires. Le mécanisme de ce risque n'est pas connu et les données disponibles ne permettent pas d'exclure la possibilité d'un risque accru avec Inovelon.

Il convient donc de surveiller les patients afin de détecter les signes d'idées et de comportement suicidaires et d'envisager un traitement approprié. Les patients (et leurs aidants) doivent être informés qu'ils doivent consulter un médecin en cas d'apparition de signes d'idées ou de comportements suicidaires.


Voir aussi

Code UCD7: 9332761

Code UCD13: 3400893327616

Code CIS: 65869160

Médicament T2A: Non

Laboratoire exploitant: EISAI

Prix vente TTC: 128.61€

Taux de TVA: 2.1%

TFR (Tarif forfaitaire de responsabilité): non

Base de Remboursement: 128.61

Taux SS: 65%

Agréments collectivités: oui

Code Acte pharmacie: PH7

Date AMM: 16/01/2007

Rectificatif AMM: 24/06/2020

Marque: INOVELON

Gamme: Sans gamme

Code GTIN13: 3400938176292

Référence LPPR: aucune

BCB