Comprimé pelliculé

ATOVAQUONE/PROGUANIL ZTV Enf 62,5 mg/25 mg

Non remboursé

Catégorie :Infectiologie - Parasitologie

Principes actifs :AtovaquoneProguanil

Excipients : Noyau :, Hydroxypropylcellulose, Cellulose microcristalline, Povidone, Carboxyméthylamidon, Magnésium stéarate, Poloxamère, Pelliculage :, Hypromellose, Titane dioxyde, Macrogol 400, Fer oxyde, Macrogol 8000

Notice

Indications thérapeutiques

Ce médicament est indiqué pour : Accès palustre non compliqué à Plasmodium falciparum, Prophylaxie du paludisme à Plasmodium falciparum

Posologie

Enfant de plus de 6 ans de 21 à 31 Kg . Prophylaxie du paludisme à Plasmodium falciparum (implicite)

2 comprimés 1 fois par jour à heure fixe. A prendre avec un repas ou une boisson lactée.

Enfant - Nourrisson de moins de 6 ans de 11 à 21 Kg . Prophylaxie du paludisme à Plasmodium falciparum (implicite)

1 comprimé 1 fois par jour à heure fixe. A prendre avec un repas ou une boisson lactée.

Enfant de plus de 6 ans de 11 à 21 Kg . Prophylaxie du paludisme à Plasmodium falciparum

1 comprimé 1 fois par jour à heure fixe. A prendre avec un repas ou une boisson lactée.

Adulte - Enfant de plus de 40 Kg . Prophylaxie du paludisme à Plasmodium falciparum (implicite)

4 comprimés 1 fois par jour à heure fixe. A prendre avec un repas ou une boisson lactée.

Enfant - Nourrisson de moins de 6 ans de 5 à 9 Kg . Accès palustre non compliqué à Plasmodium falciparum

2 comprimés 1 fois par jour à prendre avec un repas ou une boisson lactée pendant 3 jours. Ecraser le comprimé avant administration.

Enfant - Nourrisson de moins de 6 ans de 9 à 11 Kg . Accès palustre non compliqué à Plasmodium falciparum

3 comprimés 1 fois par jour à prendre avec un repas ou une boisson lactée pendant 3 jours. Ecraser le comprimé avant administration.

Adulte - Enfant de 31 à 40 Kg . Prophylaxie du paludisme à Plasmodium falciparum (implicite)

3 comprimés 1 fois par jour à heure fixe. A prendre avec un repas ou une boisson lactée.

Enfant - Nourrisson de moins de 6 ans de 21 à 31 Kg . Prophylaxie du paludisme à Plasmodium falciparum

2 comprimés 1 fois par jour à heure fixe. A prendre avec un repas ou une boisson lactée.

Administration

Voie orale.

Informations importantes

Contre-indication

Contre-indiqué dans les cas suivants: Insuffisance rénale sévère (Clcr < 30ml/mn) dans le traitement prophylactique du paludisme, Insuffisance rénale sévère (Clcr < 30 ml/mn), Allaitement, Grossesse

Effets indésirables

Au cours d'essais cliniques avec Malarone 62,5 mg/25 mg ENFANTS en traitement prophylactique du paludisme, 357 enfants et adolescents de 11 à 40 kg ont reçu ce médicament. La plupart d'entre eux résidaient dans des zones endémiques et ont pris Malarone 62,5 mg/25 mg ENFANTS pendant environ 12 semaines. Les autres ont voyagé en zone d'endémie et la plupart ont pris Malarone 62,5 mg/25 mg ENFANTS pendant 2 à 4 semaines.

Des études en ouvert évaluant le traitement des enfants dont le poids était compris entre ≥ 5 kg et < 11 kg ont montré que le profil de sécurité était similaire à celui des enfants pesant de 11 kg à 40 kg, et des adultes.

Il y a peu de données de sécurité à long terme chez l'enfant. En particulier, les effets à long terme avec atovaquone/proguanil sur la croissance, la puberté et le développement général n'ont pas été étudiés.

Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés lors des essais cliniques avec atovaquone/proguanil dans le traitement du paludisme ont été des douleurs abdominales, des céphalées, de l'anorexie, des nausées, des vomissements, des diarrhées et de la toux.

Les effets indésirables les plus fréquemment rapportées lors des essais cliniques de l'atovaquone/proguanil dans la prophylaxie du paludisme, ont été des céphalées, des douleurs abdominales et des diarrhées.

Le tableau ci-après résume les effets indésirables rapportés avec une relation causale suspectée (au moins possible) avec le traitement par atovaquone/proguanil, issus des études cliniques et de la notification spontanée post-commercialisation.

Les effets indésirables sont listés ci-après par système-organe et par fréquence. Les fréquences sont définies comme : très fréquent (≥1/10), fréquent (≥1/100 et <1/10), peu fréquent (≥1/1000 et < 1/100), rare (≥1/10 000 et <1/1000) et fréquence indéterminée (effets dont la fréquence ne peut être estimée à partir des données disponibles).

Les effets indésirables de chacun des composants de l'association atovaquone/proguanil pris individuellement peuvent être attendus avec atovaquone/proguanil ZENTIVA. Aux doses utilisées pour le traitement et la prophylaxie du paludisme, les effets indésirables d'atovaquone/proguanil sont généralement d'intensité légère et de durée limitée. Il n'y a aucune évidence de toxicité additionnelle suite à la co-administration de l'atovaquone et du proguanil.

Les évènements indésirables rapportés sont résumés comme suit :

Système-organe

Très fréquent

Fréquent

Peu fréquent

Rare

Indéterminée2

Affections hématologiques et du système lymphatique

 

 

Anémie Neutropénie1

 

 

Pancytopénie avec notamment anémie mégaloblastique chez des patients ayant une insuffisance rénale sévère3

Affections du système immunitaire

 

 

Réactions allergiques

 

 

Œdème de Quincke3

Choc anaphylactique (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi)

Vascularite3

Troubles du métabolisme et de la nutrition

 

 

Hyponatrémie1

Anorexie

Hyperamylasémie1

 

 

Troubles psychiatriques 

 

 

Rêves anormaux Dépression

Anxiété

Hallucinations4

 

Attaque de panique

Pleurs

Cauchemars

Affections du système nerveux

 

Céphalées

Insomnies

Sensations vertigineuses

 

 

Crises convulsives

Affections cardiaques 

 

 

Palpitations

 

Tachycardie

Affections gastro-intestinales

Nausées1

Vomissements Diarrhées Douleurs abdominales

 

Stomatite

 

Intolérance gastrique 3

Ulcérations buccales3

Affections hépatobiliaires

 

 

Elévation des enzymes hépatiques1

 

 

Hépatite souvent associée à des manifestations d'hypersensibilité3 (fièvre, éruption cutanée, éosinophilie) Choléstase3

 

Affections de la peau et du tissu sous - cutané

 

 

 

 

Eruption cutanée

Prurit

Chute des cheveux3

Urticaire

 

 

Syndrome de Stevens-Johnson

Syndrome de DRESS5

Erythème polymorphe Vésicules

Décollement cutané

Réactions de photosensibilité

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

 

Fièvre

 

 

 

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

 

 

Toux

 

 

 

1 Fréquence issue de la spécialité atovaquone. Les patients ayant participé aux essais cliniques sur l'atovaquone ont reçu des doses plus élevées et ont souvent présentés des complications liées à une infection avancée par le VIH. Ces évènements n'ont pas été observés ou ont été observés à une fréquence plus faible lors des essais cliniques avec l'atovaquone/proguanil.

2 Observé lors de la notification spontanée post-commercialisation ; la fréquence est donc indéterminée.

3 Observé avec le proguanil.

4 Fréquence calculée sur les données des essais cliniques d'atovaquone/proguanil.

5 Des réactions médicamenteuses avec éosinophilie et symptômes systémiques (Syndrome de DRESS) ont été exceptionnellement rapportées (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet : www.ansm.sante.fr.

Mise en garde

Le bénéfice de ce médicament n'est pas établi dans le traitement de l'accès pernicieux, ni dans les formes sévères ou compliquées telles que hyperparasitémie, oedème pulmonaire ou insuffisance rénale.

En cas de vomissements survenant dans l'heure qui suit une prise d'atovaquone/proguanil une nouvelle dose doit être administrée. En cas de diarrhée, la posologie habituelle est préconisée. En cas de diarrhée ou de vomissement, l'absorption de l'atovaquone peut être réduite ; néanmoins, les essais cliniques étudiant l'atovaquone/proguanil en prophylaxie n'ont pas détecté d'échecs de la prophylaxie chez les sujets dont les troubles digestifs ne les ont pas conduits à abandonner l'étude. En pratique, il doit être fortement recommandé aux patients d'utiliser des mesures de protection individuelle contre les piqûres de moustiques (répulsifs, moustiquaire…). Chez les patients souffrant d'un accès de paludisme aigu et présentant des diarrhées importantes, ou des vomissements, il est préférable, d'avoir recours à un autre traitement antipaludique. Si un traitement par atovaquone/proguanil est néanmoins instauré, l'état clinique et la parasitémie devront être étroitement surveillés.

Occasionnellement, des réactions allergiques sévères notamment des oedèmes de Quincke et des chocs anaphylactiques ont été rapportées chez des patients prenant atovaquone/proguanil (voir rubrique Effets indésirables). En cas de survenue de réactions allergiques graves, ATOVAQUONE/PROGUANIL ZENTIVA devra être arrêté immédiatement et un traitement approprié devra être initié.

La réapparition d'un accès palustre par recrudescence de la parasitémie à Plasmodium falciparum après un traitement initial bien conduit par atovaquone/proguanil, de même qu'un échec de la chimioprophylaxie, doivent faire évoquer une résistance du Plasmodium et impose le recours à un autre antipaludique schizonticide pour traiter l'accès.

Atovaquone/proguanil s'est montré inactif sur les formes hypnozoïtes intrahépatiques de Plasmodium vivax. La survenue d'une reviviscence est arrivée généralement lors de paludisme à Plasmodium vivax traité par atovaquone/proguanil en monothérapie. Les voyageurs ayant une exposition importante à Plasmodium vivax ou à Plasmodium ovale et ceux qui développent un paludisme suite à l'exposition à l'un de ces parasites auront besoin d'un traitement supplémentaire avec un médicament agissant activement contre les formes hypnozoïtes intrahépatiques. La chimioprophylaxie par atovaquone/proguanil ne prévient pas la survenue d'un accès de reviviscence à Plasmodium vivax ou Plasmodium ovale.

L'expérimentation in vivo chez l'homme suggère une activité d'atovaquone/proguanil sur les formes intrahépatiques de Plasmodium falciparum. Ces données permettent de préconiser l'arrêt du traitement prophylactique dès le 7ème jour après avoir quitté la zone d'endémie. Il conviendra néanmoins, devant l'apparition de symptômes tels que fièvre, frissons, céphalée, troubles digestifs, douleurs abdominales, myalgies dans les jours ou semaines suivants, d'évoquer la possibilité d'une recrudescence à Plasmodium falciparum avant tout.

La survenue d'un exanthème maculo-papuleux fébrile associé à des symptômes systémiques (atteinte hépatique, pulmonaire, rénale, éosinophilie…) doit faire craindre une réaction médicamenteuse avec éosinophilie et symptômes systémiques (Syndrome de DRESS) et impose l'arrêt du traitement (voir rubrique Effets indésirables).

Voir aussi

Code UCD7: 9397602

Code UCD13: 3400893976029

CIS: 62902865

Médicament T2A: Non

Laboratoire titulaire AMM: GLAXOSMITHKLINE

Laboratoire exploitant: ZENTIVA FRANCE

Prix vente TTC: Non communiqué

Base de Remboursement: 0

Taux SS: 0%